The Four Roses, une BD à mettre sur toutes les platines

Yeah, baby!!! Bienvenue au bon vieux temps du rock’n’roll. Le toujours surprenant Baru nous revient avec un scénario mis en images par Jano. Son nom a le bon goût des groupes mythiques et à raison, voilà un album de derrière les fagots à faire tomber les rockeurs autant que les amoureux de (bonnes) bandes dessinées. En moto, s’il vous plaît et direction cette bonne vieille Amérique.

The Four Roses - Baru & Jano - Johnny Jano

Jérémie, c’est King Automatic, un vadrouilleur de première et de rockeur, capable d’enchaîner les solos de guitare et de batterie, à lui tout seul. Un homme orchestre, un big band, qualité qui lui vaut d’être demandé un peu partout en Europe… et même aux États-Unis. La Louisiane lui tend les bras, comme le prouve cet homme qui le harcèle depuis des mois pour faire une mini-tournée au pays de l’Oncle Sam. Seulement voilà, le King des ans 2000 en a un peu « sa claque », ses tournées monumentales  ont raison de son enthousiasme. Il est à deux doigts de refuser la proposition.

The Four Roses - Baru & Jano - Proposition

Mais c’est sans compter le décès inopiné de sa tante. Une tante dont il faut vider la maison et dont le grenier recèle bien des trésors. Comme ce Teppaz et cette tuerie, perdue entre Cloclo et Dalida, « Havin’ a whole lot of fun » de Johnny Jano. L’aiguille entame sa course sur les bandes bien dégagées de la route du vinyle et celle du rockabilly, irrépressible, incontenable.

The Four Roses - Baru & Jano - danse

Le salon endeuillé revit sous ces notes folles. Puis, il y a cette photo adressée à une certaine Rose, ces lettres qui conduisent en Louisiane sur les « roots » d’un mystère familial et musical. Finalement, cette tournée américaine, le King Automatic va l’assumer, avec ce qu’elle permet de retour aux sources, non loin du bayou, des vies de gangsters et d’un incontestable sens du rythme.

The Four Roses - Baru & Jano - Bar

Basé sur l’authentique histoire d’une certaine culture du rock amenée après la guerre par les GI’s américains dont les idoles de jukebox font encore tourner la tête d’un bon nombre de musicos, Baru et Jano livrent un récit de fiction (et Baru d’enfoncer le clou en préface) palpitant dans une ambiance rock’n’rollesque à souhait, bars et guitares à l’appui, à la quête de l’essence même d’une musique qui a tout cassé, tout révolutionné.

The Four Roses - Baru & Jano - Ambiance

En un clin d’oeil, et quelques cases prouvant que Jano sait y faire quand il s’agit de planter le décor, nous voilà dans cette banlieue de Louisiane, à vivre d’étonnantes retrouvailles familiales. Puis, il y a cette musique émanant du graphisme anthropomorphiste de Jano (rien à voir avec le chanteur suscité) et renforcé par le 45 tours livré avec la première édition de cet album. Juste quatre pistes, mais quelles pistes: un peu de Chuck Berry, beaucoup du véritable King Automatic (un artiste bien actuel et français dont vous pouvez zyeuter la page Facebook) et, of course, Johnny Jano et son hit passé à la postérité. Jamais une BD n’a autant favorisé les déhanchés… sans bouger de son fauteuil (enfin essayer seulement!). Un album, un symbole d’une époque d’hier mais d’aujourd’hui aussi, un chef d’oeuvre.

The Four Roses - Baru & Jano - Futuropolis - Couverture

Titre: The Four Roses

Scénario: Baru

Dessin et couleurs: Jano

One Shot

Genre: Rock, Aventure, Musique

Éditeur: Futuropolis

Nbre de planches: 74 (+3 planches d’introductions signées Baru)

Prix: 20€

Date de sortie: 05/06/2015

Extraits:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s