Whiplash, du sang, de la sueur, et du… cuivre pour un duel au sommet!

Passé à la Quinzaine des réalisateurs, couronné à Deauville, récompensé aux Oscars, Whiplash est incontestablement l’une des sensations cinématographiques de cette année. Retour sur ce pur chef d’oeuvre groovy à l’occasion de sa sortie en DVD.

Jeune batteur jazz, Andrew Neiman a la chance d’intégrer le prestigieux Shaffer Conservatory à New-York. Il est très vite repéré par le très exigeant Terence Fletcher, chef d’orchestre au conservatoire. Il va devoir travailler avec acharnement pour accéder aux attentes toujours plus inatteignable de son mentor n’ayant qu’un seul but: le pousser au-delà de ses limites. Mais Fletcher, cette oreille absolue jusqu’au-boutiste, s’avère être un adepte d’une manière peu orthodoxe de procéder, alternant les instructions amicales et les déchaînements d’injures, allant même jusqu’à la violence physique.

506956.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Quand le jazz devient combat…

Une claque, c’est sans doute ce qui décrirait mieux ce film coup de poing qui vous tient en haleine du début à l’apothéose finale, sans jamais perdre le rythme. Le jeune batteur, brillamment interprété par Miles Teller, se révèle vite comme un véritable battant, affrontant avec rage et classe les désillusions! Il évolue en conquérant sur un véritable parcours du combattant, mais garde la tête haute, encaissant les tirs en rafale de son mentor. Et si Andrew accepte toutes ces humiliations en série, c’est parce qu’il sait que c’est le prix à payer pour faire partie de le milieu inflexible du jazz. Et, dans l’autre coin du ring, l’attendant constamment au tournant, guettant la moindre fausse note, il y a son professeur, cette gueule cassée qui balance une bombe à chaque fois qu’il ouvre la bouche: le très grand J.K. Simons, récompensé d’un Oscar, pas volé et amplement mérité, en février dernier.

Les deux acteurs se livrent à un duel explosif qui marquera sans doute les esprits pour les années à venir. Leur interprétation est impressionnante et intelligente, tant du côté du vétéran du cinéma (qui avait trouvé une seconde jeunesse en interprétant un autre tyran, J. Jonah Jameson, directeur du Daily Buggle dans les Spiderman de Sam Raimi) que chez Miles Teller qui confirme son talent inné pour la comédie.

398895.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

True Story

Damien Chazelle, jeune réalisateur américain de père français, s‘est largement inspiré de sa propre histoire pour écrire Whiplash. Il réussit un tour de force, bouleverser tout un public au moyen d’un scénario digne d’une implacable partition minutieuse et infaillible, faisant monter la pression crescendo tout au long du film. Une chose est sûre, Whiplash, qui a pu séduire et la critique et le public, mérite son qualificatif de chef d’oeuvre. Longtemps après le générique, on entendra encore les baguettes de ce jeune prodige frapper les cymbales, animé d’une fougue remarquable. Bref, un film à voir car amateur de jazz ou non, il parlera sans aucun doute à tous les adeptes du cinéma dans sa forme la plus brute et la plus noble.

345974.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre: Whiplash

Réalisateur: Damien Chazelle

Acteurs: Miles Teller, J.K. Simons, Paul Reiser, Austin Stowell

Genre: Drame, Musical

Durée: 107 min

Distribution: Sony Pictures Home Entertainment Belgium

Bonus: Commentaire audio avec Damien Chazelle & Une soirée au Festival International du film de Toronto avec Miles Teller, J.K. Simons et Damien Chazelle

Sortie DVD: 06/05/2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.