Bodybuilder: des muscles pour faire la différence dans les consciences

Vous n’avez pas eu votre quota de muscle avec Foxcatcher? Le hasard fait plutôt bien les choses, alors. Puisque récemment est sorti en dvd le troisième film, après Mauvaise Foi et le terrible Omar m’a tuer, de Roschdy Zem: Bodybuilder. Avec aussi des muscles mais là encore, pas que! Et un Roschdy Zem qui s’affirme sur des terrains où on ne l’attendait certainement pas.

Lyon, de nos jours. Antoine Morel (Vincent Rottiers), vingt ans, s’est pris pour le Gang des Lyonnais à lui tout seul. Il a cru bon de se mettre à dos  toutes les petites frappes de la ville à qui il doit des sommes folles. Des sommes qu’il lui est bien impossible e rembourser, lui qui ne vit que de minables petites combines et est bien incapable de garder un travail plus de quelques jours. À la suite d’une énième visite de la bande à Luigi (Adel Benchérif) qui retourne sa chambre sous le nez de sa mère, Antoine est bien obligé de se mettre au vert quelques temps. Le temps de gagner de quoi rembourser ses dettes, de se trouver un job honorable aussi qui le tire enfin de ce monde où la crapule fait office de loi. C’est là que son frère Fred (Nicolas Duvauchelle, excellent choix de Roschdy Zem, tant la filiation fraternelle entre Duvauchelle et Rottiers est incroyable, avec cette même rage, cette indisciplinarité naturelle est la même) a l’idée d’envoyer Antoine chez son père, Vincent (Yolin François Gauvin). Un père absent, qu’Antoine n’a plus vu depuis plus de 5 ans et qui s’est mis au bodybuilding, à la tête d’un club et en lice pour le Championnat de France. Irascible et en plein entraînement, Vincent et Antoine vont devoir cohabiter et se réacclimmater l’un à l’autre. D’autant plus difficile quand Antoine n’en a pas fini avec les ennuis et continue de mettre en chantier la vie de ceux qui l’entourent et lui viennent en aide!

Bodybuilder de Roschdy Zem Yolin François Gauvrin

Bodybuilder montre à quel point Roschdy Zem peut être brillant et intéressant quand il passe derrière la caméra. De ce thème encore peu exploité et qui, pourtant, va de soi à l’ère où les gros muscles n’ont peut-être jamais été autant à l’honneur sur le grand écran (des caricaturaux Expendables au puissant Fighter). Peut-être aussi que ces gros muscles n’ont jamais été aussi touchants, aussi significatifs et porteurs de sens plutôt que de poids, que ces dernières années. Et ça n’a jamais été autant le cas qu’avec ce film, une fiction qui se veut aussi en quelque sorte un documentaire, qui est une véritable incursion dans un monde si souvent pris pour différent du notre. Un monde de bodybuilders, dans lequel il faut être pour le comprendre. Et quand on n’y est pas, on le respecte du moins, ou on le dénigre, le plus souvent. On en a peur, aussi.

Bodybuilder de Roschdy Zem Marina Foïs

Pourtant en quoi sont-ils différents ces hommes? Dans un monde si difficile à porter parfois que des biscottos bien gonflés ne sont pas inutiles! Ils ont choisi une philosophie ancestrale du sport quand d’autres choisissent un sport dont les effets sont peut-être moins visibles ou quand d’autres encore bâtissent leur vie sur d’autres passions. Car, oui, le bodybuilding comme tout autre sport force le respect, par cette autodiscipline imposée, cette qualité de vie, ses bons côtés et ses mauvais côtés aussi. C’est tout ce monde qu’Antoine va apprendre à découvrir, à répugner puis à aimer. Au rythme des prises de compléments alimentaires, des entraînements ciblés, des pesées et des victoires, et des défaites. Ce regard documentaire et réaliste porté, sans animosité, par Roschdy Zem a sans doute fait du bien à cette communauté de sportifs de haut niveau. Il fait aussi du bien au spectateur, loin des clichés.

Bodybuilder de Roschdy Zem Vincent Rottiers

Après, ce qui ressort également de ce film, c’est l’interprétation de chacun des personnages. Les deux personnages principaux, d’abord et bien sûr. Avec ce Tintin à la fureur de vivre « James Deanienne » qu’est Vincent Rottiers, toujours juste dans la rage, toujours incarné dans les malaises de ses personnages. Puis, il y a cette révélation sortie de sa Réunion natale, Yolin François Gauvin. Un vrai culturiste, un self made man ou plutôt un self « sculpted » man qui a grandi avec les exploits de Schwarzie. Une fois champion du Monde, trois fois champion de France, mais jamais acteur! Et pourtant, il joue juste, il joue fort. Lui dans ce rôle de père raté et de bodybuilder accompli, c’est une évidence. On y croit à ce fameux gaillard qui, après avoir tant couru après la gloire et les prix (sans pour autant gagner un kopeck mais en engageant des fortunes dans son alimentation, ses dizaines de compléments…), va devoir courir après le temps, celui perdu. Et tous les autres bodybuilders du film aussi se montrent impeccable et sympathiques. Caroline Gaume impressionne, elle aussi, pour son premier rôle au cinéma en imposant une force de caractère terrible! Sans oublier Marine Foïs touchante en compagne forte de Vincent, aux muscles si lourds mais au coeur si grand quand il est mis à jour; et Nicolas Duvauchelle qui pour une fois articule (!). Et quand c’est le cas, qu’on comprend ce qu’il dit, quel magnifique acteur il peut être!

Bodybuilder de Roschdy Zem Yolin François Gauvrin dos

De cette aventure en « corps » inconnus, Roschdy Zem aurait pu tirer une comédie aux rires aussi gonflés que les muscles de ces disciples de Schwarzie, il n’en est rien. Il aurait pu aussi verser dans le drame aux larmes aussi abondantes que la sueur qui orne ces corps en violence, il n’en est rien non plus. Et la réussite de ce film tient de cette alchimie de l’entre-deux. Zem sublime cette profession du corps et de l’esprit où règne un fair-play énorme. Car non, le monde des bodybuilders, ce n’est pas le Cirque Freak! Et peut-être, fallait-il un tel film pour l’affirmer encore plus haut.

4/5

Écrit par Alexis Seny

Bodybuilder de Roschdy Zem Affiche

Titre: Bodybuilder

Réalisé par: Roschdy Zem

Acteurs: Vincent Rottiers, Yolin François Gauvin, Nicolas Duvauchelle, Marina Foïs, Roschdy Zem…

Année: 2014

Origine: France

Durée: 1h44

Distribué en Belgique par: Lumière

Quelques images:

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.