Aude Henneville, la simplicité et l’authenticité dans la voix

Aude Henneville, vous la connaissez certainement si vous avez suivi The Voice France en 2012. Une voix taillée dans le même diamant qu’une Maurane et la simplicité de ceux qui ne savent pas à quel point leur révélation va marquer le public. En tout cas, moi, je fus marqué, enthousiasmé même si certaines des chansons interprétées sur le plateau de l’émission étaient plutôt malheureuses et ne collaient pas au charme qui émanait de la jeune femme. Mais, bref, c’est avec plaisir que je l’ai suivie jusqu’à la finale. Et après, l’EP (le deuxième, le premier restant introuvable malheureusement) suivit, Personne n’a dit, déjà très prometteur. Et les tours sur sa page Facebook (s’intensifiant dans l’attente de l’album) laissaient entrevoir la jolie personnalité d’une chanteuse affirmant et y allant parfois d’un coup de gueule bien placé contre une industrie du disque multipliant les disques de reprises. Il n’y a rien à faire, nous, on aime bien les artistes conscients.

Et quel bonheur dès lors de tenir en mains et d’avoir dans les oreilles, le premier album de cette artiste avec une « Voice » mais aussi de très beaux talents d’auteur et de compositrice (qui ne font que donner un peu plus d’âme à cet effort) comme elle le démontre sur les 13 nouvelles chansons de cet album (avec une reprise de James Taylor, Copperline, s’il vous plaît!). En plus, cerise sur le gâteau, la belle sait s’entourer. La preuve dans les crédits ahurissants de l’album avec quelques uns des musiciens les plus demandés de France: Laurent Vernerey (ancien guitariste de Johnny), le mythique Jean-Yves D’angelo (pianiste pour Goldman, Jonasz, Clerc), Robert LeGall (violoniste, guitariste, mandoliniste pour, tour à tour, Hugues Aufray, Nolwenn Leroy, Soldat Louis, Nana Mouskouri ou Roberto Alagna), l’accordéoniste Lionel Suarez (qui collabora avec Nougaro sur La note bleue), le guitariste Hervé Brault (Clerc, Jeane Manson, Leforestier, Bruel) ou encore le batteur Loic Pontieux (Roger Hodgson, Nougaro, Farmer ou encore Bruel). Sans compter, un Christophe Maé qui s’invite avec son harmonica -et dieu sait qu’il en joue à merveille – sur un titre (l’excellent Oh Lord, sur les « négros » martyrs de l’esclavage). La crème de la crème, donc.

Pourtant quand le casting des musiciens est bon, encore fut-il que la chanteuse soit des meilleures. Et c’est le cas, avec À part ça tout va bien, Aude Henneville produit un disque qui plonge ses racines dans la plus ancestrale du blues et du folk mais aussi dans une tradition plus française des choses, là où planerait l’ombre d’un Cabrel. Cabrel forcément à qui Aude rend hommage au détour d’un texte (« Ils ont frappé fort dans mon dos pour me voir au fond d’un tombeau » rappelant une certaine Corrida). Mais pour le reste, Aude Henneville maîtrise absolument son art et les couleurs qu’elle donne à son album. Et si elle y amène des thèmes lourds et rempli de l’air du temps: la cause noire, cette comparaison pleine de bon sens entre un homme aisé et un homme de la rue (« Tu t’feras couler un bain pour soigner ton image, Lui attendra a pluie pour laver son visage, Mais, tout va bien« ) ou encore ce bouleversant hymne mondial et bouleversant, D’ici ou d’ailleurs, par rapport au travail des enfants. Aude a aussi le bon goût d’offrir des ballades moins tendues, sentimentales et abordant les choses plus simples de la vie. Mais certainement pas anodines et passables. Au final, À part ça tout va bien est un vrai bon premier disque sans répétition. Mais coulé dans l’authenticité-même et sans céder à la facilité des tubes qui tuent. Et c’est ce genre d’effort qu’il manque réellement de nos jours. Et le bel album d’Aude en est d’autant plus louable, il est de ceux qui annoncent de belles et grandes choses!

17/20

aude heneville a part ça tout va bienAude Henneville, À part ça tout va bien, Anim 15 productions et François Christin. Disponible sur les plateformes de téléchargement et ici

Facebook et www.audehenneville.com

En concert: 31/01/2015: à REIMS (Théâtre « A l’affiche », 110 av. Jean Jaurès, 51100 Reims), le 5/02/2015: à PARIS (Sentier des Halles,  50 rue d’Aboutir, 75002 Paris) et le 17/03/2015: à STRASBOURG (Illiade Cote Cours,  Allée François Mitterrand, 67400 Illkirch Graffenstaten)

5 commentaires

  1. Après lecture de cette excellente revue,qui pour moi très honnêtement est une des meilleure que j’ai pu lire,ça méritait quelques instants pour y apporter une réponse.
    Un simple like , RT ou favori ça fait plaisir,mais ça fait pas tout!
    Au moins ce n’est pas un vulgaire copié-collé de la bio pompé sur le site officiel,ou une éternelle même histoire déjà racontée partout.
    On en parle simplement ,du passé ,mais rapidement, et les deux trois références aux influences ou décorticage des morceaux sont bien placés.
    Pour suivre également cette artiste depuis ses débuts télévisuel,et ayant fait le déplacement sur quelques concerts déjà, je trouve que ce nouvel opus me rappelle ce concert de Serémange,dans ses arrangements,concert ou j’avais redécouvert certains morceaux qui m’avait échappé,ou délaissé.
    Deux guitares,avec des notes bien placées,sans fioriture,et un jeu très fin ça amène de la couleur aux oreilles.
    Je ne vais pas revenir sur cette chronique,qui a elle seule se suffit.
    Juste rajouter que « la fouge » de l’Ep,qui m’avais un peu « ennuyé » ,le travail a payé,l’apport de chœurs,la présence de nouvelles sonorités d’instruments discrets mais présents, ont métamorphosés certains anciens titres qui ont trouvés une autre dimension,et là, le coup de baguette magique à fait effet !

    1. Bonjour Rienleblog (à défaut d’un autre nom), ça fait plaisir d’aimer un disque et de recevoir des encouragements parce qu’on les aime! C’est très gentil d’avoir pris le temps de me répondre 🙂 J’essaie de travailler au maximum mes articles, de ne pas les rédiger sur une seule écoute, de prendre le temps. Ce n’est pas toujours évident, et le temps manque justement, mais je suis content d’y arriver et d’avoir un telle réception et des compliments, mais c’est surtout Aude qui les mérite, sans elle, ses mots, sa musique, je n’aurais pas été inspiré ainsi 🙂 Un grand merci!!! Et bon week-end, Culturellement vôtre!

  2. Merci pour votre article,je suis assez d’accord avec vous sur le fait de cette belle evolution.Aude a un véritable talent,une voix comme nous en entendons peu.elle sait rester nature pour le moment et pourvu que ça dure.petit bémol sur un nouvau « TIC » elle prenonce eï sur cet album, chose qu’elle ne faisait pas auparavant. Sinon je suis fan,voix,textes musique….belle route pour elle.Merci pour votre superbe article.

  3. Merci pour votre article…Tout est dit…Artiste qui vaut la peine d’être reconnue…Et une personne très accueillante et à l’humour fabuleux qui fait du bien…Je me réjouis de la voir en concert à Reims…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.