Mountain Bike, un groupe étonnant et détonnant!

Mountain Bike… Ce nom ne vous dit peut-être rien, pourtant le groupe n’en est pas à sa première phase d’existence. Ayant déjà écumé les plus belles scènes de Belgique le BSF, Dour, ou encore le Botanique avec Mac De Marco, Mountain Bike a sorti son premier album en avril 2014. C’est lors des Beautés Soniques que Branchés Culture a eu la chance de les découvrir, au détour d’un très bon concert et surtout d’une interview plutôt mémorable!

Retour sur le parcours d’un groupe qui mérite que l’on s’y intéresse…

Mountain Bike s’est fondé pendant l’été 2012 sur les bases de Warm Toy Machine, groupe rock d’Etienne (Kinkle) et Stefano (Billy Joe). Tout droit venus du sud de la France, ils montent vers le nord et débarquent, plus précisément, à Bruxelles. Fréquentant le célèbre bar concert Madame Moustache, les deux amis vont finalement rencontrer Charles, le batteur du groupe tournaisien Thee Marvin Gays. Une ébauche de projet éclot, et bientôt un quatrième luron s’ajoute à la joyeuse bande, Antoine, alias June Moan. C’est finalement chez les Bruxellois d’Humpty Dumpty Records qu’ils vont signer, pour revenir avec leur premier album éponyme en mai 2014.

1520666_719986341346439_745143079_n

D’abord et avant tout, Mountain Bike, c’est un son énergique et rafraîchissant qui semble tout droit venu d’un autre temps… Les Sixties… Leurs morceaux accrocheurs évoquent ce qu’on aime le plus dans le Garage; l’énergie et la puissance. Tout en dégageant une nonchalance fort appréciée, mais surtout un grain de folie, tellement jubilatoire. Certes, les influences se font ressentir, mais pourtant le groupe arrive à s’en détacher pour nous fournir un cocktail étonnant et détonnant, faisant trembler les frontières des genres pop, rock et garage réunis!

Emporté par la voix rocailleuse d’Étienne, l’album est une petite merveille qui ne lésine pas sur le dynamisme et emporte l’auditeur dans une succession de chansons toutes plus réussies les unes que les autres. On les écoute, on les ré-écoute, on les fredonne…  Et elles finissent par nous trotter dans la tête à différents moments de la journée, nous flanquant une belle bouffée d’énergie. À l’image de Japanese Guitar ou le plus pop I Lost my Hopes (In Paradise) dont le clip (réalisé par Milo Gony) a récemment été sacré « Meilleur Clip » au Festival International du Film Francophone de Namur. Un prix mérité pour cette vidéo surréaliste et tellement en phase avec l’univers singulier du groupe.

Finalement, dernier point, et non des moindres, à aborder en parlant de Mountain Bike: le live. Non pas qu’ils soient particulièrement fan de sport, sur scène c’est vêtus de vareuses de basket américain que les quatre musiciens apparaissent. L’effet est immédiat et on comprend d’emblée qu’ils ne se prennent pas vraiment au sérieux, et surtout que comme nous, de l’autre côté de la scène, ils sont là pour s’amuser. Comme à l’écoute de l’album, l’énergie est au rendez-vous, encore plus explosive que jamais.

A écouter, à ré-écouter et à voir dans les plus brefs délais!

Mountain-Bike

Par Alizée Seny

Mountain Bike

Humpty Dumpty Records 

http://mountainbike.bandcamp.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.