Epolo change de style et met le monde en couleur

Cela faisait 7 ans qu’Epolo avait sorti son premier (et très réussi) album « Arrêter le temps » à l’architecture en pop et chanson française, louvoyant entre Obispo, Noah et Goldman. Epolo, c’est avant tout, un de mes premiers concerts aux Wallo (bien avant l’âge du pèkèt), une des premières découvertes, celle d’une des plus jolies voix belges. Un beau départ qui avait aussi suscité un bel engouement autour de ce chanteur belgo-congolais. Mais Epolo était reparti aussi vite.
Depuis silence radio… ou presque, puisque par hasard on avait pu l’entendre, dans une émission radio d’aide aux auditeurs, se présentant comme chanteur et animateur de fêtes et de mariage. Où était passé le chanteur et ses propres compositions? Depuis, de longues années sont passées, avec de temps en temps quelques coups de clics frénétiques pour savoir ce que devient l’artiste aimé. Mais rien…

Jusqu’il y a quelques mois: le revoilà, enfin!, dans un nouveau style mais toujours avec sa sympathie et sa discrétion. Son envie de faire danser qui donne le nom à ce nouvel album « Danser la planète ».Conjuguant Marley, son reggae, avec la chansons française, la pop et même un peu de sons plus actuels et électroniques (J’aime cette idée, la moins réussie de l’album), Epolo s’offre un joli retour.

Peut-être les textes sont-ils moins frappants qu’auparavant, mais la musique a gagné en rythme et invite fatalement à danser, sans répit, en pensant au positif plus qu’au négatif (comme le veut d’ailleurs la philosophie d’Epolo). Avec quelques moments plus touchants aussi, comme l’hommage à Nelson Mandela (« Madiba »), Un homme et une femme qui renoue avec la veine du premier album (avec un Epolo plus interprète que chanteur) ou l’emblématique hymne What about Love qui referme l’album sur une guitare lançinante. Le tout baigné du soleil sincère et de joie de vivre. Un deuxième disque surprenant mais assurément fait pour la scène plus que pour une écoute dans le salon.

Après un tour aux Francofolies de Kinshasa, Epolo sera sur la scène de la Place d’Armes de Namur, ce dimanche 21 septembre, dans le cadre des Fêtes de Wallonie

CQM_8815

14/20

Epolo, Danser la planète, chez Mistin Music Productions – http://www.epolo.be/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.