Kidsaredead – The other side of town

Sur la pochette, n’ayez pas peur, l’extraterrestre qui vous accueille ne vous veut que du bien. Comment un individu (même extra-terrien!) avec une guitare en main pourrait-il vous vouloir du mal, d’ailleurs? Pourquoi un E.T. alors? Parce que The other side of Town, premier album de Kidsaredead est un réel OVNI, absolument bizarre mais terriblement réussi entre bidouillage, bricolage de sons et aspect foutraque intelligemment maîtrisé. Kidsaredead, c’est le projet de Vincent Mougel, Français originaire de Moselle qui arpente depuis longtemps les scènes avec plus ou moins de reconnaissance. Nourri, et on peut le comprendre, aux Rolling Stones, au Radiohead mais aussi à Beck et aux Beach Boys (les deux derniers sont une influence non-négligeable et ressentie de ce premier disque), Vincent fait montre d’un univers composite et c’est là que réside tout le bonheur que procure cet album.

On y retrouve l’inspiration du meilleur des années 70’s et 80’s, des nineties aussi, un clavier omniprésent et enivrant et des mélodies tout en rupture de rythme, abandonnant les schémas classiques structurant les chansons.

A chaque chanson, son univers, souvent psychédélique et aussi Lo-Fi (un son un peu crasse qui fait des merveilles), Kidsaredead, avec sa très jolie voix (on pense parfois au chanteur des Scissor Sisters) propose un réel voyage entre le passé et le futur intersidéral. Sur les dix pistes (toutes réussies) que compte l’album, il y a quelques trésors comme Typical captain Achab, She loves me ou le dyptique Sistereo. Alors, Kids are dead? Peut-être, mais un véritable orfèvre de la musique est né. A consommer sans modération, c’est pop et bon!

15/20

Album disponible chez Hot Puma Record

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.