Faut-il se battre, avoir un goût métallique en bouche pour trouver sa place dans ce monde? Holyland de Kouji Mori, un manga sans concession

Les Furyos sont un fléau au Japon mais, pour certains, ils sont la solution. Se sentir vivant et à sa place n’a pas de prix même si, pour cela, il faut utiliser la violence ! « Je veux à tout prix devenir plus fort… Pour défendre ma place dans ce monde. Ma terre sainte. »

Résumé d’Holyland par Vega : Yû Kamishiro est un lycéen qui ne se sent pas à sa place ni à l’école, ni chez lui. A vrai dire, il ne se sent même pas exister. Un beau jour, il apprend à exécuter un jab-cross, l’enchainement de base de la boxe, et se met à sortir la nuit dans le quartier de Shimokitazama pour y chasser les yankees. Enfin, plus exactement, il ne fait que se défendre de ses agresseurs, ce qui va lui valoir le surnom de « chasseur de de yankees Shimokita ». Alors qu’il pensait trouver dans sa ville nocturne sa terre sainte, sa place dans ce monde, Yû va être aspiré dans une spirale de violence et un groupe de yankees va faire appel à un membre du club de judo du lycée afin de le défier en duel. Le combat existentiel de Yû commence maintenant !

Avant de se faire connaître comme le successeur de Kentarõ Miura et de son chef-d’oeuvre Berserk, Kouji Mori a écrit quelques pépites, dont Holyland. Ce manga violent raconte l’ascension d’un jeune homme victime de harcèlement et de violence au sein du cercle très fermé des Furyos.

« Furyos » est un terme que j’ai déjà utilisé dans les colonnes de Branchés culture, c’est un mot japonais désignant « les délinquants ». Mais c’est bien plus que cela ! C’est avant tout un mode de vie pour la jeunesse japonaise. Souvent en bande, les Furyos veulent imposer une domination totale sur une rue, un quartier ou une ville. Les rixes entre deux gangs sont fréquentes dans les rues des mégalopoles nippones. C’est dans ce contexte social ultraviolent que Kouji Mori situe son intrigue. Collant parfaitement aux codes en vigueur au sein de ces pseudos organisations, son manga est passionnant et ultra réaliste.

Kouji Mori a publié au Japon son manga au début des années 2000 et, pourtant, il ne souffre d’aucune ride. Les traits des personnages, les animations entre les cases ou entre les pages sont très dynamiques et s’inscrivent dans l’air du temps.

Mais l’aspect graphique ne fait pas tout ! Tout au long des 18 tomes, le mangaka nous décrit des mouvements d’arts martiaux ou de boxes de manière très technique ce qui rajoute une plus-value à son réalisme. On est loin de Baki mais proche d’Hajime no Ippo, pour prendre des références de mangas de sports de combats.

Parfait mélange entre thriller et arts martiaux, ce manga ravira les adultes et les jeunes adultes. Promue par un système où la compétitivité est poussée à son paroxysme et ou l’excellence scolaire laisse très peu de place à la classe « moyenne », la loi du plus fort marque une nouvelle fois de son empreinte une jeunesse désoeuvrée. La violence présente dans le manga n’est pas gratuite, elle est salutaire, thérapeutique, sacrée. Elle est crue et, dans la pénombre des ruelles de Shimokitazawa, elle éclaire l’espoir d’une génération perdue.

Frappez fort pour vous sentir vivant !

Titre : Holyland

Tome: 1

Dessin : Kouji Mori

Scénariste :Kouji Mori

Traducteur: François Boulanger

Genre: Seinen/manga/action/arts martiaux

Éditeur : Dupuis

Collection : VEGA Dupuis

Pages: 224

Prix : 8,35€

Date de sortie: 07 juillet 2023

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.