Billie Bang Bang : quelle vie on mène quand on a huit ans et qu’on est une petite fille, une furie!

« Interdit aux parents ». Sur un faux macaron, tout rouge fâché, placé sur la couverture, le ton est donné par Théa Rojzman et Steve Baker. Le format de ce premier tome est souple, petit mais costaud et sacrément turbulent. Parce que quand on vous dit que Billie est « sacrément marto », ce n’est pas un euphémisme.

© Rojzman/Baker chez Le Lombard

Résumé de l’éditeur : La vie de Billie craint un max : faut faire ci, pas faire ça… Et en plus c’est la rentrée, et ses parents ne veulent pas qu’elle s’habille en cow-boy alors que, là-bas, c’est la guerre ! Les autres sont tous des idiots et les profs sont bien moins faciles à manipuler que des parents. Heureusement, Billie a un nouvel ami, et il est même pas imaginaire, celui-là ! « Marto est un monstre, et il est capable de dévorer les importuns. Les relous sont prévenus : il y a un nouveau shérif en ville et elle s’appelle Billie Bang Bang !

© Rojzman/Baker chez Le Lombard

Des gags mis en continuité voilà ce que proposent Théa Rojzman et Steve Baker pour nous faire découvrir leur héroïne que l’on pourrait qualifier de peste et capable de mener ses parents par le bout de leur nez. La première planche ne laisse pas de place au doute, par la puissance de son imagination, avec un bâton de sourcier tenu comme un flingue, elle dégomme tout: rentrée des classes, centre aéré, la forêt, les randonnées. Bang Bang, voilà Billie, une enfant de son temps qui élimine à sa manière toutes les sources d’énervement.

© Rojzman/Baker chez Le Lombard

Petit bout de gamine qui sait ce qu’elle veut et encore plus ce qu’elle ne veut pas. Et si quelques préceptes parentaux et scolaires rythment les titres donnés aux pages (ne pas dessiner sur les murs, pas d’écran le soir ou encore ne pas manger trop de bonbons), Billie n’en fait qu’à sa tête et n’a besoin de personne, libre comme l’air. Encore plus depuis qu’elle a trouvé dans les bois une espèce de petit d’ogre (ou est-ce un extra-terrestre) qui entend ficher le boxon autant qu’elle. Ils ne parlent a priori pas la même langue mais ils se comprennent pour faire les 400 coups. D’autant que cet « animal » de compagnie a des super-pouvoirs insoupçonnés.

© Rojzman/Baker chez Le Lombard

Ce guest, Théa Rojzman et Steve Baker le gardent pour plus tard, lui offrant quelques apparitions retentissantes (et graphiquement puissant, Steve Baker a ce don et cette frénésie à faire trembler les murs et les cases) mais se concentrant surtout sur l’espièglerie de Billie. Qui ne fait rien comme tout le monde et en est irrésistible, quitte à faire tourner en bourrique ses parents. Sans jeu vidéo, Billie, c’est un peu la petite soeur de coeur de Kid Paddle, qu’il n’a jamais eue, la sienne jouant à la poupée. Il y a ce même appétit monstre pour la vie impertinente et turbulente, généreuse et graphiquement explosive. Et même si les parents en prennent pour leur grade et que l’école est plutôt buissonnière, même si elle est physiquement sur le banc, nul doute qu’il y a dans cette tempête un peu d’amour pour ce qu’elle rudoie.

© Rojzman/Baker chez Le Lombard

Série : Billie Bang Bang !

Tome : 1 – Complètement marto

Scénario : Théa Rojzman

Dessin et couleurs : Steve Baker

Genre : Gag, Jeunesse

Éditeur : Le Lombard

Nbre de pages : 48 (+ 8 pages de Billie Mag #1)

Prix : 10,95€

Date de sortie : le 25/02/2022

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.