PHOTOS | En donnant vie à Anna & Roby sur les planches du Théâtre 140, Bertier, trésor caché de la pop alternative underground, a offert un concert magique et intense

Après « Dandy », un premier album très prometteur sur le thème de l’eau sorti en 2015, BERTIER nous propose son deuxième opus « Anna et Roby » qui aborde cette fois celui de l’air. Collectif bruxellois de grand talent qui compte en son sein des musiciens chevronnés comme Jean François Assy aux cordes (Daan, Christophe, Miossec), l’excellent Yan Péchin aux guitares (Bashung , Thiéfaine, Brigitte Fontaine), Gil Mortio aux claviers ( Joy as a Toy ), Quentin Steffen à la trompette, Lara Herbinia (qui s’illustre remarquablement dans la photo… de concerts, notamment) aux choeurs et au visuel et Florent Le Duc (l’orchestrateur de Francofaune) à la batterie. Tous réunis autour du chanteur parolier Pierre Dungen. Bertier trouve sa véritable dimension sur scène dans un univers poétique oscillant entre réalisme et onirisme. Ce jeudi soir, le groupe a investi la jolie salle du Théâtre 140 pour un concert classieux et riche en émotions qui a tenu toutes ses promesses.

À lire aussi |Pierre Dungen s’envole avec Bertier : « Sincèrement, je pense que tout a été dit et qu’être chanteur ou musicien aujourd’hui, c’est s’instruire, s’imbiber, s’imprégner »

À lire aussi |BERTIER, un peu d’air et d’amour avec le clip d’Anna & Roby !

À lire aussi | Bertier, bandit magnifique, dandy prolifique

Bertier © Jean-Pierre Vanderlinden

Roby est un monte-en-l’air ; Anna, une petite citadine, star du système. Il va balancer ses filles de l’air et ils vont s’envoyer en l’air…

Pas simple de transposer sur une scène, sans en perdre l’essence, l’univers tressé par les mots du dandy charismatique au lyrisme naturel, Pierre Dungen. C’est le défi auquel le groupe s’est attaqué , retravaillant les arrangements à coup de petites touches electro bienvenues et d’un travail somptueux sur les cordes et les guitares.

Bertier © ManuGo Photography

Après un premier titre, « Roby », quelque peu hésitant, le collectif trouve son rythme de croisière et déroule avec talent une setlist qu’on aurait voulu plus longue tant le plaisir est immense à l’écoute de ces petites perles de chansons qui rendent heureux. « Derrière le Tableau » est tout simplement magnifique, « Anatolie »  sublimée par les guitares troublantes de Yan Péchin vous colle à votre fauteuil tandis que « La Poussière »  et  » L’Oiseau Lyre  » vous font définitivement craquer. Tel un félin décoiffé qui guette ses proies, Pierre Dungen transpire ses textes  gorgés de mots qui font mouche, et arpente la scène de long en large sans cesse sur le fil, oscillant entre rage et émotion. Les vocalises de Lara Herbinia apportent une touche sensuelle à cette musique qui transperce le coeur de l’auditeur et le condamne à une dépendance évidente, une fois passé la barrière de la pop alternative pas toujours simple d’accès.

Bertier © ManuGo Photography

« Ange Déçu » précède avec bonheur l’envoûtant et presque baroque au niveau des cordes « Les Filles de l’Air ». Impossible aussi de ne pas se sentir transporté par « Dernier Domicile Connu » qui, ce soir, comme par magie, touche au sublime. Quelques titres de Dandy sont aussi de la partie comme le très accrocheur et dansant « Baby L. et le Joulik Dandy » qui fait remuer le public.

Bertier © ManuGo Photography

« Soda Light » et ses bulles légères qui claquent sur l’écran précède « Star Système » avant que Bertier ne termine le set par « Anna »  et « Bandit » dans une version bien plus pêchue que sur le premier album. Le public en veut plus, et c’est avec « Anna & Roby » réel tube en puissance du dernier album que Pierre et Lara, restés seuls sur scène et unis par une grande complicité, se lâchent totalement une ultime fois devant un public enthousiaste et conquis.

Bertier © ManuGo Photography

Après un dernier salut collectif sous des applaudissements nourris et totalement mérités, Bertier tire définitivement sa révérence et regagne les coulisses. Il y a de ces artistes qui vous font dresser les poils sans qu’on ne sache pourquoi et c’est très bien comme ça. Bertier c’est différent, on sait pourquoi on les aime : tout simplement car il sont vrais, passionnés et talentueux, et qu’ils n’ont pas choisi la voie de la facilité pour exercer leur art. Alors chaque moment en leur compagnie se vit pleinement et sans retenue, comme le concert de ce soir qui fut magique et intense.

Bertier © ManuGo Photography

Bertier reste encore aujourd’hui un joli trésor caché un peu underground que nous sommes déjà beaucoup à partager, il ne vous reste donc plus qu’à faire votre chemin personnel pour venir grossir les troupes, je peux vous assurer que vous ne serez pas déçus du voyage…

Texte et Photos : Jean-Pierre Vanderlinden aka JPROCK THE DARK FEATHER / Photos : ManuGo Photography

Le concert en images vu par ManuGo Photography…

Le concert en images vu par Jean-pierre Vanderlinden…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s