Image de la Femme, pollution des océans et inquiétudes pour leurs retraites, la relecture de Valérian et Laureline par Lupano et Lauffray est canon !

Après un Pilote spécial sorti à l’occasion du film et invitant pas mal de pointures à donner au format court leur vision des deux personnages et de leur univers créés par Christin et Mézières, place au format long en compagnie de Wilfrid Lupano et Mathieu Lauffray. Les Shingouz ont foiré et voilà que la mission de Valérian et Laureline qui devait n’être qu’une simple formalité est détournée. C’est rien de moins que la planète Terre qui est menacée !

À lire aussi | (D)étonnant ! Le réalisateur de Dikkenek, Olivier Van Hoofstadt, embarque sur l’Arcadia pour réaliser Albator en prises de vues réelles

À lire aussi | Des hommes et des femmes sur Mars, le cinéma l’a rêvé, Florence Porcel et Erwann Surcouf y ont été… en Bd

À lire aussi | Pas convaincu par le retour en Force de Star Wars? Infinity 8 va vous faire tout oublier

Recherches de Shingouz © Mathieu Lauffray

Résumé de l’éditeur : À la suite d’une malencontreuse partie de cartes, les shingouz perdent la propriété de leur société, La Shingouzlooz.Inc. Or il se trouve que cette société, à cause d’une approximation dans l’interprétation des lois intergalactiques, est détentrice de la Terre ! Valérian – par ailleurs très préoccupé par sa future retraite d’agent spatio-temporel – et Laureline doivent rattraper cette bourde et convaincre le nouveau propriétaire, un certain Sha-Oo, « l’Assoifeur de monde », de la restituer à Galaxity.

L’antre de l’assoifeur © Wilfrid Lupano/Mathieu Lauffray
Les vampires stellaires de l’assoifeur © Wilfrid Lupano/Mathieu Lauffray

On a beau retourner le problème dans tous les sens, on arrive toujours à la même conclusion : c’est un véritable festival que nous offrent les deux auteurs pour cette reprise. On n’aime jamais tant les reprises et hommages que quand ceux-ci sont décomplexés, qu’ils résistent à la tyrannie et l’oppression de faire comme les auteurs originaux, de ne pas trop dévier des chemins qu’ils ont balisés. Je ne pense pas que la réussite soit toujours affaire de fidélité exacerbée.

© Lupano/Lauffray

Je ne comprends d’ailleurs pas que, quand reprise il y a (à la suite du décès des auteurs originels ou d’un départ à la retraite) que certains auteurs puissent brider, briser leur trait pour continuer une oeuvre de mimétisme au lieu de tirer les personnages à eux (de ce côté-là, on est donc plus Spirou qu’Astérix). Soit, là n’est pas la question puisque Lupano et Lauffray évitent les pièges avec brio (et, franchement, connaissant ces deux créateurs protéiformes plus que caméléons, on n’en doutait pas).

© Lupano/Lauffray chez Dargaud

Burlesque, inattendu et toujours aussi aventureux (mais pas à n’importe quel prix, et pas forcément pour une retraite de misère, hein Valérian ?), le tout dans un décor édifiant qui porte la marque Lauffray, ce Shingouzlooz Inc. est un grand cru qui suit la trace du Lucky Luke de Bonhomme mais aussi de celui de Bouzard, pour ne parler que de l’homme qui tire plus vite que son ombre. Une réinvention, une réappropriation mais avec le talent de retrouver aussi le bon goût des ingrédients qui nous ont fait aimer une série. Et cet apport moderne et actuel que Christin et Mézières n’ont eu de cesse de prôner dans leurs albums.

© Lupano/Lauffray chez Dargaud

Ainsi, bien qu’à des années-lumière de notre bonne vieille planète bleue (qui risque de moins l’être si la bande de vampires stellaires de l’Assoifeur se décide à lancer l’assaut et les sceaux), si celle-ci est en danger, elle n’est pas une planète parmi tant d’autres et nos deux héros (ceux renfermés dans l’album mais aussi ceux qui l’ont conçu) sont concernés ! En ce, ils ont toujours le don de nous parler de nos problèmes, de la pollution, des paradis fiscaux, du rapport à la privatisation de la planète, de notre rapport à l’image de la Femme (tiens, tiens, par les temps qui courent) quand on apprend que Laureline pourrait prêter son effigie à des clones très sexy. Des allusions par petites touches, par des gags, une réplique ça ou là, c’est anodin et pourtant bien présent et remarquablement fluide car si cela nuance et enrichit l’aventure, ça n’empêche en rien sa tenue fun et à sensations fortes.

© Lupano/Lauffray chez Dargaud

C’est fluide et étincelant. En 54 pages, Lupano et Lauffray, par leur vision, permettent à Valérian (un tant soit peu loser magnifique, ici) et Laureline de faire un bond en avant, de ne pas être dénaturés mais de s’offrir des nouvelles têtes, du sang neuf et un univers qui s’étend d’un coup. Tout est parfait, jusqu’à ce maniement malin des paradoxes temporels. Le genre d’album qui nous fait dire sans nous forcer : « vive les reprises »!

© Lupano/Lauffray chez Dargaud

Série : Valérian, vu par…

Tome : Shingouzlooz Inc.

D’après l’univers de Pierre Christin et Jean-Claude Mézières

Scénario : Wilfrid Lupano

Dessin et couleurs : Mathieu Lauffray

Genre : Science-fiction, Aventure, Humour

Éditeur : Dargaud

Nbre de pages : 56

Prix : 13,99€

Date de sortie : le 22/09/2017

Extraits : 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s