Le roman de Boddah – About a boy

Ce n’est décidément pas une mince affaire d’être l’ami imaginaire d’une rock star. Demandez donc à Boddah, qui fut celui de Kurt Cobain, le chanteur de Nirvana. Alors que la durée de vie moyenne des amis imaginaires est de 4 ans (les parents se chargent toujours des les faire disparaître d’une façon ou d’une autre) Boddah lui, a suivi le chanteur tout au long de sa courte vie (27 ans). De sa chambre d’enfant à Aberdeen en passant par sa rencontre avec Courtney Love, il a tout vécu, les bons, comme les moins bons moments.

Parmi les meilleurs moments, Boddah se souvient du jour où Kurt reçut, de Courtney Love, une boite en forme de coeur remplie de coquillages et d’autres breloques. Un cadeau tellement marquant pour ce jeune homme hypersensible qu’il en fit une chanson (Hart-Shaped-Box). Mais Boddah a aussi été témoin de l’addiction de Cobain à l’héroïne, cette drogue qui comme une blessure au ralenti, fini par creuser le visage et tendre la peau vers les os. Cette drogue qui semble-t-il était le seul moyen trouvé par Cobain pour stopper les maux de ventre dont il souffrait depuis l’enfance.

Non, rien n’échappe à Boddah, ni la fulgurante célébrité du groupe, ni l’acharnement des tabloïds envers le couple star, futurs parents d’une petite fille. (Les fans se souviennent encore de la façon dont Kurt Cobain nargua les journalistes lors d’un concert au Reading Festival en Angleterre.) Malgré cette omniprésence, Boddah n’empêchera pourtant pas le pire d’arriver un jour d’avril 1994. Après de multiples tentatives de désintox le chanteur met fin à ses jours, laissant derrière lui une épouse, une petite fille et des millions de fans.

maxresdefault
D.R.

Ce n’est pas la première fois qu’un écrivain se penche sur le groupe Nirvana et sur son leader charismatique. Ainsi dans son livre  » Cassé  » Christophe Paviot imaginait la vie qu’aurait menée le groupe si il n’avait pas eu ce succès mondial. En racontant la vie de Kurt Cobain du point de vue de son ami imaginaire l’auteur du Roman de Boddah nous raconte une histoire tout aussi originale faite d’anecdotes réelles et de conversations inventées de toute pièce. Un peu à la manière de Philippe Besson dans son magnifique livre sur James Dean, « Vivre vite ». Les fans purs et durs sauront probablement dénouer le vrai du faux.

Screen Shot 2015-08-25 at 11.25.39_646x363
D.R.

A la question : faut-il forcément être fan de Nirvana pour apprécier le roman de Héloïse Guay de Bellissen ? On répondra qu’il est préférable d’avoir un certain attrait pour la musique, pour le bon rock, pour les concerts épiques, de ceux où la foule se met à ressembler à des plantes carnivores prêtent à bouffer les mots, respirer les sons, déchirer l’instant. Des concerts que l’auteur parvient à retranscrire admirablement dés les premières pages de son roman.

Si vous aimez la bonne musique donc, si vous étiez ado ou jeune adulte dans les années 90 et que vous n’avez dès lors pas pu passer à côté de ce groupe mythique, alors foncez sur ce livre dans lequel vous découvrirez un Kurt Cobain émouvant en papa poule mais aussi, il faut l’avouer, légèrement tête à claque. Un livre qu’on ne peut refermer sans se dire que le gâchis est énorme tant ce jeune homme était ultra doué et avait sans doute encore beaucoup à nous dire.

9782266258005

Titre  : Le roman de Boddah

Auteur : Heloïse Guay de Bellissen

Genre : Drame

Editeur : Pocket

Nbr de pages : 264

Date de sortie : 21 avril 2016

Prix : 6,95 euros

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s