A most violent year, magistral, profondément noir et implacable

Il est épatant! Qui ça, qui ça, qui ça? J.C. Chandor, le nouveau (plus tout) jeune prodige d’Hollywood. Il nous a complètement retournés avec Margin Call, son premier film inattendu. Il nous a chahuté en plein océan battant avec All is lost. Mais la course en avant et aux chefs d’oeuvre n’en finit pas, à chaque fois dans un style différent. Cette fois, c’est avec A most violent year qui vient de sortir en DVD. Une autre pépite, et on vous dit pourquoi!

A Most Violent Year Jc Chandor Oscar Isaac Jessica Chastain face à face

Honnête et battant, Abel Morales se démène pour faire de son entreprise familiale, un fleuron de la livraison de fuel. Nous sommes à New York au tout début des années 80 et, malgré le climat peu chaleureux réservé à ce type d’entreprise et une corruption de grande ampleur sévissant, Abel sent qu’il y est presque, il en est intimement convaincu. C’est pourquoi, il signe un marché avec une famille juive autour d’un ancien terminal de livraison. La caution est immense, la somme à rassembler en quelques jours est encore plus colossale.

A Most Violent Year Jc Chandor Oscar Isaac Jessica Chastain Chastain

Et, pour Abel et sa femme Anna, les ennuis ne font que commencer, les concurrents peu scrupuleux ont choisi ce moment-là pour s’adonner à une série de vols de camions. Et, comme si cela ne suffisait pas, le procureur général décide de poursuivre Abel après deux ans d’enquête. Le drame se noue, les conducteurs ont peur et demandent des armes pour se protéger. Et par-dessus tout, il y ce million et demi de dollars à rassembler alors que toutes les banques les lâchent. La fin toute proche du rêve américain de cet hispanique aura-t-elle raison de ses principes et de sa stricte ligne de conduite?

D’avance, que les fanas de l’action pure et dure passent leur route, A most violent year n’est surtout pas le film à regarder en toute éclat’. Non! Cérébral et basé sur une ambiance sombre et poisseuse, ce polar dramatique déploie son envergure dans les regards, les paroles de ces personnages au bord de la désespérance. Lorgnant un peu du côté des films de James Gray, JC Chandor signe de ce fait un film à l’esthétique dramatique absolument dingue. Les rares scènes d’actions relancent le suspense pour mieux venir soutenir les peurs qui se glissent dans les yeux des personnages, comme des ombres venant suspendre un rêve dont on n’était que trop proche.

Rondement mené, ce nouveau film, pas si violent que ça dans les faits mais bien dans l’implacable mise en scène de Chandor, ne fait qu’asseoir deux acteurs qui ne sont encore, malgré ce qu’ils ont déjà pu prouver, qu’aux balbutiements de carrières phénoménales: Oscar Isaac et Jessica Chastain. Et que dire de JC Chandor qui, en seulement 3 films, a prouvé toute l’étendue de son talent et d’une caméra absolument incroyable quand il s’agit de saisir les comportements d’humains en déroute. On a à peine terminé ce A most violent year qu’on se le remettrait déjà bien. Non parce qu’on n’a pas tout compris, mais bien parce que sa mise en scène, ses lumières, ses décors, sa beauté formelle nous happent. Pas vraiment étonnant que le National Board of Review ait élu A most violent year au titre de meilleur film de 2014. Rien que ça!

AMVY_120_WEB.indd

Titre: A Most Violent Year

Réalisateur: JC Chandor

Acteurs: Oscar Isaac, Jessica Chastain, Alessandro Nivola, David Oyelowo, Albert Brooks …

Genre: Drame, Polar

Durée: 2h05

Année: 2014

Provenance: USA

Distribution DVD: Lumière Belgique

Bonus: Scènes coupées, Commentaires et Conversation avec Oscar Isaac et Jessica Chastain

Date de sortie: le 05/05/2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.