Chaque soir à onze heures, une envoûtante adaptation en BD

Après leur fabuleuse adaptation du fait divers Violette Nozières, Eddy Simon et Camille Benyamina s’attaquent au roman à succès de Malika Ferdjoukh, Chaque soir à onze heures. Une transposition en bande dessinée réussie et ne manquant pas de charme. Sous les inflexions des deux auteurs, que la nuit a bon goût!

Chaque soir à onze heures Eddy Simon Camille Benyamina Malika Ferdjoukh Casterman pro

Et apparemment aucun des deux auteurs n’avait envie de quitter Paris. Et si Violette Nozières se déroulait dans le Paris des années 30, c’est désormais bien un Paris contemporain que nous retrouverons. Mais tout aussi sujet à des trames étranges et un rien effrayantes.

Chaque soir à onze heures Eddy Simon Camille Benyamina Malika Ferdjoukh Casterman chabadabada

En effet, Willa y habite, elle y fréquente la jeunesse dorée, celle qui ne s’épargne rien, s’étale en basses considérations et veut que l’apparence soit clinquante, éblouissante. Pourtant, Willa garde une certaine simplicité dans ce monde superficiel. Sa came à elle, c’est le saxo, divin dès qu’elle y pose ses lèvres. C’est ce qui va la rapprocher d’Edern Fils-Alberne, un obscur jeune homme vivant dans la Villa des Brouillards, étrange, intemporelle et solitaire maison au bout du bout de Montmartre. C’est là que Willa va se lier d’amitié avec Marni, pianiste aveugle et soeur d’Edern. Une sombre tragédie les a touchés de plein fouet, ils y ont perdu leurs parents mais l’histoire ne semble pas close, pour autant. Et chaque soir à onze heures, la malédiction semble continuer!

Chaque soir à onze heures Eddy Simon Camille Benyamina Malika Ferdjoukh Casterman musique

Impossible pour nous de comparer avec le roman que nous n’avons pas lu (mais cette BD nous a donnés fortement envie de se la procurer au plus vite!). Dès la couverture et les premières cases, le dessin de Camille Benyamina fait merveille. Pas le temps de s’en imprégner, le lecteur est directement plongé dans cette ambiance nocturne et quasi féérique du Paris de tous les possibles. On entend la musique, on sent presque les saveurs. Et durant plus de 80 pages, on est transporté, fasciné, sans décoller le nez de cette belle adaptation. On tombe sous le charme du vocabulaire de la petite qui a fait des mots toute une symphonie et un univers. L’intrigue se tient sans relâche et la mise en page ponctue cette envoûtante histoire de suspense. Un bon polar avec une bonne dose de romantisme qui plaira certainement aux adolescents mais aux adultes aussi par sa finesse narrative et graphique. Avec en prime, une jolie ode à la musique.

Chaque soir à onze heures Eddy Simon Camille Benyamina Malika Ferdjoukh Casterman couverture

Titre: Chaque soir à onze heure

Scénario: Eddy Simon

Dessin: Camille Benyamina (sur Facebook)

Couleurs: Guillaume Blackburn et Camille Benyamina

D’après le roman de Malika Ferdjoukh (Flammarion)

One Shot

Genre: Polar, Mystère

Éditeur: Casterman

Nbre de Pages: 96

Prix: 18€

Date de sortie: le 29/04/2015

Extraits:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.