Frank, un charmant ovni du septième art!

Deux ans après What Richard Did, l’Irlandais Lenny Abrahamson revient avec un projet auteuriste, Frank, qui met en scène une ribambelle d’acteurs talentueuxavec en tête d’affiche Michael Fassbender en interprète du défunt musicien anglais Chris Sievey, alias Frank Sidebottom. Un film qui marque et surtout se démarque de tout ce qu’on peut voir sur nos écrans. 

frank-film-domhnall-gleeson-636-380

Écrit avec l’appui de Jon Ronson, camarade musical de Frank Sidebottom, Frank raconte l’histoire de Jon, un jeune musicien en panne d’inspiration dont la route va croiser celle d’un groupe saugrenu de pop avant-gardiste, en plein essor créatif. À la recherche d’un nouveau clavier, le groupe va engager le jeune homme pour l’enregistrement de leur album. Très vite, ce dernier va faire la connaissance d’un personnage fantasque, Frank. Leader du groupe et génie musical, Frank vit en permanence dissimulé sous une énorme tête en papier mâché. S’en suit alors une incroyable aventure humaine aux frontières de la folie qui mènera les Sonorfbps d’un petit chalet perdu au fin fond de l’Irlande jusqu’au Texas. Un voyage dans les recoins les plus sombre de leur être par lequel les cinq membres vont s’égarer dans leurs névroses mais également se retrouver à travers les autres.

Avant tout Frank, c’est un fabuleux hommage aux groupes marginaux des années septante, à ces artistes perfectionnistes qui passent leur temps à bidouiller leur morceau, à la recherche du son, parfois loufoque, qui donnera à la musique l’originalité tant recherchée. Des groupes qui sont malheureusement tombés dans les travers de l’oubli.

10275952_522173267886634_7752245851641544953_n

Ce qui frappe au premier abord chez ce Frank, c’est cette ambiance si singulière qui sent si bon l’Angleterre. L’esprit du film, l’humour, les personnages, la musique, tout respire la langue Shakespearienne. Une ambiance à la fois douce et décalée qui n’est pas sans rappeler Mister Lonely, d’Harmony Korine.

À cela vient s’ajouter une réflexion inspirée et surtout inspirante, fil conducteur du film. Une réflexion particulière puisqu’elle pousse et les personnages et les spectateurs dans leurs derniers retranchements. Frank est donc une oeuvre d’une rare intelligence où l’humour tient une place de marque au milieu de thèmes inattendus tels que l’acceptation de soi, la recherche identitaire ou encore la maladie mentale. Ces sujets très profonds, Lenny Abrahamson a pu les traiter de manière particulièrement sensible et touchante et ce sans tomber dans le mélodrame larmoyant à souhait, que du contraire… Et pour cet exploit; chapeau l’artiste!

10303779_522172784553349_1808099470586628486_n

Justement, saluons ces autres artistes, se cachant derrière ce pitch alléchant. Des acteurs irréprochables pour un casting cinq étoiles: Domhnall Gleeson qui interprète le jeune Jon, Maggie Gyllenhaal surprenant en pianiste hystérique et irascible, mais également le jeune français, François Civil vu notamment dans Bus Palladium.

1966826_522172901220004_6467167726746845214_n

Mais il y en a un qui porte véritablement le film sur ses épaules: un véritable magicien du septième art, au talent qui semble sans limite: Michael Fassbender qui abandonne sans complexe son joli minois pour se cacher derrière un masque grotesque. L’acteur ne prête que sa voix et son corps à ce personnage tellement hors du commun et le résultat est incroyable. Sa performance – car oui, dans un tel contexte le mot prestation est trop faible – est brillantissime, un véritable tour de force. Son corps devient le seul et véritable vecteur de l’âme de ce personnage. Avec ses postures et mouvements particulièrement étudiés, Fassbender réussit le « presque impossible » : insuffler de la vie et des sentiments à une tête en papier mâché. Au tel point que cet homme masqué et complètement névrosé devient familier, charismatique et surtout terriblement touchant. De plus, Fassbender se mouille jusqu’au bout pour son personnage en poussant la chansonnette! En effet, l’acteur n’a pas hésité une seule seconde à chanter lui-même les chansons de Frank Sidebottom. A l’instar de cette scène magistrale, où le masque tombé, l’acteur entonne I love you all pour un moment d’une intensité presque palpable.

10301603_522172517886709_4681936894287666677_n

Frank fait donc partie de ces films transcendants qui, une fois le générique terminé, vous laisse pantois dans votre fauteuil, chamboulé, sans mots. Parfait sous tous les angles, il allie avec une intelligence rare un scénario et des dialogues en béton, un casting saisissant, une esthétique remarquable, mais également une bande-son irréprochable avec des chansons fortes en émotions. Bref, ce film a tout des grands, il ne reste plus qu’à continuer de le faire vivre…

5/5

Par Alizée Seny

frank_affiche
Frank, de Lenny Abrahamson Avec Michael Fassbender, Domhnall Gleeson, Maggie Gyllenhaal, François Civil Britannique, Irlandais 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.