Les tuniques bleues au vert (de rage de dent)

DSCN4639Que le temps a passé vite, voilà déjà le 58ème tome des Tuniques Bleues qui pointe le bout de son nez. En bien ou en mal, Raoul Cauvin nous disait en interview que certes ce n’était pas de la grande bande dessinée, que c’était tout public, mais qu’elle avait son rôle et qu’elle était importante. Et nous ne le contredirons pas, trop heureux de ne pas avoir à bouder notre plaisir de se retrouver le temps d’une demi-heure en pleine guerre de sécession, en compagnie des toujours hauts en couleurs Blutch et Chesterfield.

D’autant plus qu’encore une fois, Raoul Cauvin a trouvé le bon filon pour le meilleur (des péripétiesDSCN4640 des deux hommes) et le rire (plutôt jaune pour les deux-mêmes). Ainsi, c’est la bérézina pour le 22ème de cavalerie des bleus unionistes: une hécatombe due au scorbut, faute de vivres fraîches. Or, impossible, dans les proches environs, de trouver des produits frais, les sudistes pratiquant la politique de la terre brûlée. Qui s’y colle donc pour aller explorer le territoire et ramener des vivres fraîches selon les ordres du capitaine Alexander? Le sergent Chesterfield, tout dégoûté de ne pas avoir une mission plus guerrière et même tenté par la désertion!, et le caporal DSCN4637Blutch, à qui pour une fois cette mission loin des champs de bataille sied plutôt bien.

Voilà donc les deux compères en route à travers les champs pour trouver navets et pommes pour sauver les édentés de leur bataillon. Et cette aventure se laisse suivre sans déplaisir tout au long des 44 planches de Les Bleus se mettent au vert entre les gueulantes des deux héros (notamment une hilarante scène où Blutch convainc Chesterfield de ne pas rebrousser chemin, avec en argument choc: « Il serait bien capable de vous faire avaler vos galons… ce qui soit dit en passant, ne vous mettra pas à l’abri du scorbut« ). Et si l’on a déjà connu le dessin de Lambil plus affûté, de cet honnête divertissement comme on l’appellera, on sort plutôt rassasié, et beaucoup mieux que ces pauvres malades du scorbut!

1161010_Tuniques58

12/20

Les Tuniques Bleues, Tome 58: Les bleus se mettent au vert, Raoul Cauvin et Lambil, Dupuis,  44 pages, 10,60€.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.