Et si l’Histoire nous était contée…grâce à Assassin’s Creed: « Il ne faut pas prendre le lecteur pour un cancre »

Après 11 titres principaux et une multitude de versions, Assassin’s Creed ouvre un peu plus sa porte sur l’Histoire. Permettant de connaitre notre passé de manière ludique et marquant une nouvelle manière d’aborder un jeu vidéo chez le gamer, celui-ci apprend en jouant. Approfondissons nos connaissance grâce à Assassin’s Creed 2500 ans d’histoire et au partenariat d’Ubisoft, d’Historia et Les Arènes. Et si l’Histoire nous était contée…grâce au monde du jeu vidéo. Certaines licences sont très proches dans leurs scénarios de la réalité. Que se soit sur l’architecture de l’époque, moeurs, les armes…et pour aider les concepteurs, ils font appelle à des historiens. Assassin’s Creed fait apprendre de manière ludique les valeurs militaires de Sparte en passant par les traditions mortuaires égyptiennes, ou la naissance des syndicats…

Résumé: Apprendre l’histoire autrement. Depuis sa création, la saga Assassin’s Creed est devenue une porte d’entrée dans l’Histoire pour des milions de joueurs à travers le monde. Les guerresdu Péloponnèse, l’Egypte de Cléopâtre, l’Italie du Quatrocentro, les pirates des Caraïbes, la Révolution française ou le Londres de la reine Victoria sont des terrains de jeux, mais également des temps forts de notre Histoire. Pour la première fois, un livre associe les magnifiques illustrations du jeu vidéo à des textes écrits par des historiens de renom, collaborateurs réguliers du magazine Historia.

Si vous avez joué comme moi à un des opus de la licence, vous comprendrez aisément que ce jeux est un peu différent de la concurrence. On entre en contact avec des cultures, des civilisations de notre passé grâce à l’hyper réalisme de l’époque moderne. L’architecture, l’armement ou les religions sont détaillés de manières quasi-chirurgicales. L’expérience ludique est rehaussée par cet environnement très fidèle à la réalité. L’immersion est complète, on la doit aux qualités artistiques des concepteurs et à la multitude de documents, d’informations fournie par une équipe d’historiens de haute volée.

Assassin’s Creed 2500 ans d’Histoire a été conçu pour prolonger l’expérience ludique mais aussi pour approfondir les connaissances historiques des lecteurs attirés par l’esthétique du jeu. J’ai pu discuter de cet album avec un de ces auteurs.

Bonjour Victor Battaggion, vous êtes le rédacteur en chef adjoint du magazine Historia et un des auteur de Assassin’s Creed 2500 d’histoire et vous avez travaillé avec Ubisoft sur la saga. À quel type de public/lecteur s’adresse votre livre?

Il s’adresse à un public large, je dirais du lycée, de 17ans à 40, 50 ans (il faut connaitre un peu le jeu pour apprécier le livre à sa juste valeur). Mais nous l’avons créé plutôt pour deux types de lecteurs. On peut le voir comme un manuel d’histoire sympa grâce à l’apport du support du jeu vidéo, des décors, des anecdotes pour faire connaître l’Histoire à un grand nombre. Et le deuxième public cible regroupe les joueurs. Ils pourront approfondir l’histoire des différents opus et en comprendre encore mieux les sens. En réalité, c’est en jouant à Age of Empire que je me suis intéressé à l’Histoire. »

Étiez-vous libre de choisir les époques que vous visitez ou étiez-vous limités par celles développées dans la saga?

Nous voulions être les plus proches de la licence, donc nous n’avons développé que les époques décrites dans la saga. Nous avons expliqué la rivalité entre Sparte et Athènes, la politique et le règne de Cléopâtre, l’Italie complexe des Borgia, la piraterie, la Révolution française et Londres dans son apogée.

Beaucoup de faits que vous expliquez sont peu connus du grand public. Est-ce voulu? Pourquoi?

C’est voulu. Nous voulions rester dans le cadre du jeu mais aussi parler de certaines parties de notre Histoire méconnue, pour que ce soit plus original. Le livre comprend plus de détail et d’anecdotes que le jeu. Nous voulions aller plus loin que le scénario de base. Nous avons tous appris à l’école que Sparte et Athènes étaient rivales. Mais on a plus appris de Sparte grâce au film « 300 », tout le monde a fait « waw » à l’époque. Nous avons essayé dans ce livre d’expliquer plus en détail ce conflit nébuleux.

Ne pensez-vous pas perdre beaucoup de lecteurs car l’Histoire, et principalement celle relatée dans le livre, est complexe et pointue?

Non, je ne pense pas. Pour moi, le livre n’est ni compliqué ni pointu. Je trouve que c’est le contraire, il est rempli d’images peps. On y trouve également plein de schémas, de cartes et de petites anecdotes qui le rendent facile à comprendre et à lire. Grâce à tous ces petits plus, la narration est plus fluide. Certains enfants, en fonction de leur bagage intellectuel, peuvent l’apprécier aussi, et pas uniquement pour le visuel. Mais, le plus important, c’est qu’il ne faut pas prendre le lecteur pour un cancre. Il ne faut pas tout simplifier. Sinon, personne ne sera jamais tiré vers le haut. Il faut respecter les lecteurs sinon nous ne sommes pas crédibles.

Pensez-vous qu’il pourrait servir de manuel scolaire?

On aime bien dire que c’est un manuel scolaire mais il n’embrasse qu’une période demandée par l’éducation nationale (pareil en Communauté Française en Belgique). Donc, il est difficile de baser un cours complet dessus. Mais il pourrait servir de complément ou simplement de faire aimer le cours d’histoire. Un exemple: lors de dédicaces à Blois, pendant un festival, nous avons rencontré énormément de professeurs d’histoire allant du lycée à l’université. Et ils nous ont tous demandé s’il y avait possibilité d’avoir un support comme Assassin’s Creed Odyssey Discovery Tour. Son aspect graphique et didactique en fait un matériel didactique parfait.

Qu’est-ce qu’un gamer va retirer de cet ouvrage?

Il va passer un bon moment mais aussi il va apprendre la vraie histoire qui a influencé le scénario. Il va pouvoir replonger dans l’univers du jeu.

Vous avez aidé Ubisoft, vous ont-ils aidé en retour? Si oui comment?

Nous avons beaucoup échangé, et cela a demandé beaucoup de travail de part et d’autre. Nous devions les documenter le plus possible que ce soit sur l’architecture, les moeurs, les religions, les habits des époques que l’équipe voulait développer. On a passé beaucoup de temps à se demander ce qui était illustrable ou non. Le partenariat était enrichissant pour eux comme pour nous. Nous communiquons beaucoup par mail, nous sommes tout le temps en contact Du coup, nous avons énormément voyagé entre Montréal et Paris. Mais l’important, c’est que l’échange tourne autour de passions communes. L’Histoire et le plaisir. Tout est fait avec passion. S’il n’y avait pas ça entre nous, nous n’aurions pas à réaliser les projets. Le partage de nos compétences n’a pour but que de donner envie aux lecteurs ou aux joueurs d’aller plus loin.

Travaillez-vous sur un nouveau livre? Avec d’autres époques?

Non, on veut d’abord voir le retour qu’aura notre premier livre. Il ne faut pas brûler les étapes.

Beaucoup d’époques ont été exploité par la saga Assassin’s Creed. Quelle(s) époque(s) aimeriez-vous développer?

Ah, je serais tenté par deux époques. La première serait la période Napoléonienne car il s’y est passé beaucoup de choses mais également pour le défi que cela représente. En effet, il y aurait beaucoup de travail pour restituer l’aspect graphique et historique de l’époque. La deuxième serait le règne de Ramsès 2. Il ne sera probablement jamais développé par Ubisoft car ils viennent de sortir un opus sur l’Egypte (Assassin’s Creed Origins). Mais elle mériterait d’être exploitée car c’est une des périodes les plus grandes de l’Egypte. Elle a accueilli les plus grandes guerres, les plus grandes constructions. Elle pourrait plaire à beaucoup.

Merci pour votre patience. Voilà, j’espère que cette interview a pu vous éclairer sur la qualité du livre. Il regorge de savoirs, d’enseignements sur nos origines et sur les conflits qui ont contribué à faire ce que nous sommes aujourd’hui. En se basant sur le design et la technique graphique d’Ubisoft, nous nous retrouvons avec un « manuel » ludique qui ne plaira pas uniquement aux férus d’histoire mais à tout le monde. Le gamer pourra approfondir son immersion dans l’univers d’Assassin’s Creed. Merci aux Editions Les Arènes et à Historia pour ce voyage à travers les âges. Et un grand merci à Victor Battaggion pour son extrême gentillesse, vous êtes une personne passionnante et passionnée.

Pour terminer, grimpez au sommet de la plus haute tour et observez l’histoire grâce à la technique et à la passion.

Voici l’ambiance musicale dans laquelle je baignais pendant la retranscription de cette interview. Il faut dire que Woodkid a composé certaines mélodies et chansons pour la saga Assassin’s Creed.

Titre: Assassin’s Creed – 2500 ans d’Histoire

Sous la direction d’Aymar Azaïzia et Victor Battaggion

Textes : Collectif

Illustrations : Ubisoft

Genre: Histoire

Éditeur: Les Arènes – Historia

Nbre de pages: 432

Prix: 29,90€

Date de sortie: le 09/10/2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.